Nouveau patient au Centre du Cancer et d'hématologie ? Appelez le 02 764 12 00

Hématologie et oncologie pédiatrique

Nos experts pour ce type de tumeur »

Réunion de Concertation multidisciplinaire

    Discussion des dossiers chaque jeudi de 8h à 9h
    Besoin d'un renseignement? Contactez le coordinateur de soins en oncologie       ou Contactez le secrétariat au 02/764 23 50

APERÇU

Les cancers sont très rares chez l’enfant (1 à 2 % de l’ensemble des cancers) bien qu’ils représentent dans les pays développés, au-delà de l’âge d’un an, la seconde cause de mortalité après les accidents. Aujourd’hui, les taux de survie à 5 ans des cancers de l’enfant avoisinent les 80 % pour l’ensemble des cancers.  Ils atteignent même les 90 % pour certaines formes de leucémie lymphoblastique aiguë, le cancer le plus fréquent en pédiatrie.

 

Concrètement, en Belgique environ 320 cas de nouveaux cas de cancers pédiatriques sont recensés chaque année dont environ 30% est pris en charge dans le service d’hématologie et oncologie de l’Institut Roi Albert II. Nous sommes le 1er centre francophone en terme de recrutement de patients et de greffes de cellules hématopoïétiques.  Nous avons accueilli près de 100 nouveaux patients en 2013 et nous effectuons en moyenne 15 greffes/an.

 

Les cancers du sang, ou leucémies, représentent environ 30 % des cancers de l’enfant. Ils sont suivis par les cancers du système nerveux central (tumeurs du cerveau) et par les cancers des ganglions lymphatiques ou lymphomes. Certains types de cancers se rencontrent spécifiquement chez l’enfant. Ce sont les blastomes ou tumeurs embryonnaires. On décrit ainsi des néphroblastomes, qui se développent à partir des cellules embryonnaires du rein, des hépatoblastomes, qui proviennent des cellules embryonnaires du foie, ou encore des rétinoblastomes, issus des cellules embryonnaires de la rétine.

 

Le rétinoblastome est une tumeur embryonnaire d'origine rétinienne qui survient habituellement chez les enfants avant l'âge de 5 ans. C'est la tumeur maligne intraoculaire la plus fréquente en pédiatrie. A l’Institut Roi Albert II, nous traitons +/- 15 nouveaux cas de rétinoblastomes  par an sont pris en charge.  Il y a en moyenne 8 nouveaux cas de rétinoblastomes en Belgique. Tous ces cas sont donc pris en charge dans notre institution qui jouit en plus d’une réputation internationale dans ce domaine.

 

Enfin, les sarcomes, comme les cancers des os, surviennent plutôt chez les adolescents. Ces tumeurs sont traitées en collaboration avec les experts en chirurgie et radiothérapie  qui se consacrent également  aux tumeurs de l’adulte.


Le cas de chaque jeune patient est discuté lors de réunions multidisciplinaires, auxquelles participent tous les médecins spécialistes impliqués dans le diagnostic et le traitement des tumeurs pédiatriques. Les spécialistes se concertent et décident ensemble du traitement le plus adapté au cas de chaque patient, compte tenu du diagnostic, des standards de soins ainsi que des dernières découvertes scientifiques.

 

SYMPTOMES

 

Les symptômes du cancer évoluent rapidement chez l’enfant, soit en quelques semaines. Dans les leucémies, les cellules du sang ne fonctionnent plus normalement. L’altération des globules rouges entraîne pâleur et fatigue, celle des globules blancs provoque des infections répétées, celle des plaquettes entraîne des saignements fréquents et difficiles à contrôler. Par ailleurs, les cellules cancéreuses infiltrent les os, ce qui génère des douleurs dites migratrices dès lors que leur localisation change.
Les symptômes traduisent l’altération de l’organe dans lequel la tumeur se développe : sang dans les urines lorsque le rein est atteint,  fractures ou douleur en cas d’atteinte des os… La place occupée par la tumeur peut la rendre visible ou palpable : gonflement dans le cou, palpation d’une masse dans le ventre…La compression provoquée par cette masse peut à son tour générer des symptômes, tels les maux de tête ou les nausées survenant en cas de tumeur au cerveau.
L’évolution rapide des cancers chez l’enfant souligne la nécessité de se tourner sans trop tarder vers un centre de référence, dont l’expérience en la matière est bien établie et disposant des techniques les plus récentes de diagnostic et de traitement.

 

FACTEURS DE RISQUE

 

Il existe peu de facteurs qui favorisent l’apparition d’un cancer chez l’enfant. Certaines anomalies génétiques jouent parfois un rôle. Des recherches en cours au sein de notre institution ont notamment pour objectif de mieux cerner les facteurs génétiques qui favorisent l’apparition d’un rétinoblastome.

 

TRAITEMENT


Les cancers de l’enfant étant relativement rares, il importe de les traiter dans des institutions spécialisées. Ces dernières donnent accès aux avancées thérapeutiques importantes qui ont été réalisées en matière de traitement, une évolution liée à plusieurs facteurs.

Des examens d’imagerie très performants, tels que le PET Scan, permettent désormais de mieux définir les caractéristiques de la tumeur. L’imagerie dite fonctionnelle permet par exemple de marquer les cellules qui se multiplient rapidement à différents endroits du corps. Il est aujourd’hui possible de localiser avec une grande précision les limites de la tumeur et de s’assurer que son ablation par un acte chirurgical a été complète.

La chimiothérapie, utilisée dans la plupart des cancers pédiatriques, a gagné en efficacité et est moins toxique. Elle permet aujourd’hui d’obtenir une guérison dans la majorité des cas. De larges études sont constamment entreprises à l’échelon international pour améliorer encore les résultats de la chimiothérapie. Les patients du groupe hemato-onco pédiatrique de l’Institut Roi Albert II sont inclus dans ces études contrôlées qui portent sur les médicaments les plus récents. Ils ont accès aux traitements modernes sans devoir se rendre à l’étranger. Les contacts réguliers avec d’autres experts mondiaux, imposés dans le cadre des études, garantissent la qualité des soins.

Dans certaines indications, en fonction du type de tumeurs ou de sa sévérité, une greffe de moelle peut être envisagée. Le service d’hématologie et oncologie pédiatrique bénéficie d’une expérience importante dans ce domaine puisqu’il a été pionnier en matière de greffe dans les maladies du sang. La procédure a lieu au sein d’un service dédié aux enfants et est supervisée par des hémato-oncologues pédiatres. Elle ne nécessite ni transfert dans un service adulte, ni transfert dans une autre institution.

Les effets indésirables associés à la chimiothérapie sont aujourd’hui mieux contrôlés. Des médicaments efficaces permettent de combattre les nausées et les vomissements, de diminuer le risque d’infection. Des traitements par laser destinés à prévenir ou à traiter les irritations de la muqueuse, comme les aphtes, ont été mis au point. Ils diminuent la douleur et accélèrent la cicatrisation.

Les avancées thérapeutiques en oncologie pédiatrique permettent à un nombre important d’enfants d’être guéris et d’atteindre l’âge adulte. Cependant les chimiothérapies utilisées et la radiothérapie sont potentiellement toxiques et contribuent à une morbidité voire une mortalité significative au long cours. Le suivi au long cours de ces patients et le dépistage précoce des complications est au cœur des préoccupations du service

Les recherches en cours au sein de notre groupe multidisciplinaire portent également sur l’étude de gène pouvant prédisposer à certains cancers (notamment les rétinoblastomes), sur le rôle des cellules de la moelle osseuse dans le développement des cancers et sur l’amélioration de la tolérance immunitaire dans les greffes de moelle. Le suivi au long cours des patients ayant été greffés ou ayant reçu de la chimiothérapie fait aussi l’objet de nos recherches.

Enfin, les progrès thérapeutiques sont également liés à l’affinement des techniques chirurgicales de reconstruction et à la possibilité d’administrer la radiothérapie de manière plus ciblée, c‘est-à-dire en détruisant les cellules cancéreuses et en préservant les tissus sains.

ACCOMPAGNEMENT


En dépit des progrès réalisés sur le plan thérapeutique, la découverte d’un cancer chez un enfant est souvent difficile à accepter. Il est donc important que la prise en charge porte non seulement sur les aspects médicaux mais offre également, à l’enfant et à sa famille, un encadrement social et psychologique. L’école à l’hôpital donne la possibilité aux enfants de poursuivre leur scolarité durant leur séjour hospitalier.
Deux initiatives du groupe hémato-onco pédiatrique sont à épingler pour leur originalité :

 

CAMPS VALENTINE DE VOS

 



Encadrés par un hématologue, du personnel paramédical et des animateurs, plus de 80 enfants de 7 à 14 ans découvrent chaque année les joies de la montagne. En hiver, les enfants s’adonnent aux sports d’hiver en France et l’été font de superbes balades, des jeux en plein air dans le Valais suisse. C’est l’occasion de vivre ensemble en dehors de l’hôpital, oublier quelques temps la maladie et créer un esprit de solidarité. Ces Camps sont un oasis d’espoir et de vie offert aux enfants malades du service.

A CHACUN SON CERVIN



En juillet depuis 2000, une dizaine d’adolescents ont l’occasion de vivre une expérience de haute montagne à Zermatt. Accompagnés de 3 guides et d’une équipe médicale de l’Institut Roi Albert II, ils découvrent le pas du montagnard. En fin de séjour, ils se lancent en cordée à la conquête d’un 4000 mètre. Leur volonté, leur courage et la solidarité entre eux vont leur permettre d’y arriver. Ils puisent dans cette expérience unique des atouts précieux dans leur combat contre la maladie. Les sommets font rêver et le rêve est enfin accessible.

 

 

(Infos camps de vacances : www.campvalentine.be/ et www.lesenfantsdesalus.be/)

 

Le service d’Hématologie et Oncologie Pédiatrique, par ces exemples, témoigne de son souci constant de pluridisciplinarité, d’excellence et d’humanisation dans la prise en charge des enfants malades.

 

Faire un don

Comment faire un don à l’Institut Roi Albert II. en savoir plus

Nos Experts

Découvrez les experts de l’Institut Roi Albert II.

Agenda


Regarder nos dernières vidéos 

Cliniques Universitaires St-Luc, Av Hippocrate, 10 - 1200 Bruxelles - Belgique | Tél: 02/764 11 11 | FAX: 02/764 37 03 | Plan d'accès

2019 Institut Roi Albert II, Cliniques Universitaires St-Luc  -  Crédit photos - © Clin.univ.St-Luc / H. Depasse