Nouveau patient au Centre du Cancer et d'hématologie ? Appelez le 02 764 12 00

Outcomes

 

 

Cancer du rectum: excellents résultats pour l'Institut Roi Albert II


La direction des Cliniques et l’Institut Roi Albert II recevaient le 28 février dernier la lettre suivante :

Cher Collègue, 
Chère Madame, cher Monsieur, 
Durant deux années consécutives, la Fondation contre le Cancer nous a permis, grâce à son soutien financier, d’envoyer des rapports de feedback individuels sur les indicateurs de qualité des soins du cancer du sein à chaque hôpital de Wallonie et de Bruxelles.  Suite à cette initiative, la Fondation Registre du Cancer a, avec le soutien de la Wallonie, décidé de lancer un nouveau projet d’indicateurs de qualité des soins concernant, cette fois, le cancer du rectum (années d’incidence 2009-2011). C’est donc avec grand plaisir que nous vous informons de la disponibilité de ces rapports de feedback individuels pour les hôpitaux de Wallonie et de Bruxelles.    
En annexe, veuillez trouver ce rapport de feedback reprenant un aperçu de la répartition des patients assignés à votre hôpital, ainsi que les résultats des indicateurs de processus et d’outcome calculés pour votre hôpital. De plus, ce rapport vous permet de comparer vos résultats avec les résultats moyens observés en Belgique…
Cordialement, 
Liesbet Van Eycken
Fondation du Registre du Cancer

Les résultats de cette étude portant sur la totalité des patients traits entre 2009 et 2011 montrent que l’IA II, avec sa structure interdisciplinaire avancée atteint des performances très au dessus de la moyenne des institutions de soins en Belgique. 
Cancer du rectum - Rapport 2009-2011

La survie est de 78,7 % pour les patients atteints de cancer du rectum traités à l’IA II contre 66,2 % pour la moyenne des institutions belges. Ces résultats sont standardisés sur base du sexe, de l’âge, du cTNM, du score OMS et si une résection radicale a eu lieu ou non. Cette différence est statistiquement hautement significative selon la Fondation du Registre du Cancer.

Des résultats de même nature avaient déjà été rapportés dans le cancer du sein, dans la cohorte de patientes traitées entre 2001 et 2006. Ils confortent les équipes médicales et paramédicales de l’IRA II dans leurs efforts permanents pour offrir des soins coordonnés de qualité.

 

Téléchargez ici le rapport du Registre Belge du Cancer

__________________________________________________________


Saint-Luc emboîte le pas aux 6 hôpitaux de Flandre qui ont communiqué leurs indicateurs qualité en matière de traitement du Cancer du sein


La semaine dernière, six hôpitaux flamands ont rendu publics leurs indices de qualité en matière de traitement du Cancer du Sein. L’Institut Roi Albert II et d’Hématologie des Cliniques universitaires Saint-Luc se réjouit de cette initiative qu’il voudrait voir généralisée au niveau national. Pour concrétiser cette démarche, l’Institut Roi Albert II publie ses statistiques de qualité en matière de traitement du Cancer du Sein.

Six hôpitaux flamands (1) ont décidé de jouer la transparence sur certaines statistiques en matière de qualité du traitement du cancer du sein (2). L’Institut Roi Albert II et d’Hématologie de Saint-Luc se réjouit de cette initiative qu’il souhaite voir étendue au niveau national.

Saint-Luc souhaite en effet que le SPF santé Publique, qui dispose de statistiques fournies par le Centre d’Expertise (KCE) et le Registre Belge du Cancer, les rende publiques afin de permettre aux patients et médecins traitants de choisir leur centre de traitement par pathologie en connaissance de cause. Les hôpitaux sont tenus de déclarer au Registre Belge du Cancer, qui les consolide,  toutes les données relatives aux diagnostics et traitements du cancer.

L’Institut Roi Albert II de Saint-Luc publie ses statistiques

Pour souligner concrètement sa volonté de transparence, l’Institut Roi Albert II et d’Hématologie des Cliniques universitaires Saint-Luc rend public un rapport établi par le Registre Belge du Cancer. Ce rapport est basé sur des données de 2001 à 2006 provenant du KCE et de l’INAMI.

Extraits :

  • Le taux de survie relative des patientes atteintes du Cancer du sein, 5 ans après le diagnostic, tous stades confondus, est de 91% à Saint-Luc, supérieur de 5% à la moyenne nationale. Ce taux de survie relative introduit une correction liée à l’âge qui est une cause de décès potentielle hors pathologie cancéreuse. Le taux de survie globale, tous stades confondus – hors correction – est de 84%. Cette donnée est à souligner lorsqu’on sait que Saint-Luc est un hôpital universitaire qui traite des pathologies souvent plus complexes que dans les hôpitaux non-universitaires.
  • La proportion de femmes ayant un cancer du sein dont le cas a été discuté en consultation oncologique multidisciplinaire est de 88% à Saint-Luc contre 80,3% au niveau national. Saint-Luc étant un hôpital «  tertiaire », certaines patientes sont référées uniquement pour des parties de traitement plus complexes. Légalement, la concertation multidisciplinaire les concernant ne doit pas être enregistrée à l’Institut Roi Albert II de Saint-Luc car elle l’est dans l’hôpital qui réfère la patiente. Hormis ces cas, 100% des cas des patientes prises en charge par Saint-Luc pour l’ensemble de leur traitement du cancer du Sein sont évalués et discutés en concertation multidisciplinaire.
  • La proportion de femmes avec un cancer du sein de stade clinique I et II qui ont subi une chirurgie mammaire conservatrice est de 78,5% à Saint-Luc contre 58,4% au niveau national. Cela représente un ratio de 3,83 chirurgies conservatrices pour une mastectomie contre 1,56 au niveau national. Cet indicateur souligne le souci de Saint-Luc de réduire, lorsque possible, l’étendue des interventions chirurgicales afin d’en limiter les conséquences néfastes et inutiles pour les patientes, tant sur le plan physique que psychologique.
  • La proportion de femmes avec un cancer du sein qui bénéficient d’une évaluation cytologique et/ou histologique avant de subir une intervention chirurgicale est de 85% à Saint-Luc, contre 71,5% au niveau national Cette évaluation préalable augmente la précision du diagnostic quant au choix de la technique chirurgicale.

 

Cancer du sein - Rapport 2001-2006


D’autres données comparatives sont disponibles dans le rapport du Registre Belge du Cancer, disponible ici.

Pour le Professeur  Marc Hamoir, Directeur de l’Institut Roi Albert II, la transparence en matière de qualité et de résultats ne peut plus tarder. « Les hôpitaux belges, dont Saint-Luc, s’inscrivent de plus en plus dans une démarche d’accréditation.  Celle-ci doit permettre d’analyser des données et des statistiques et de les rendre publiques. Ce n’est que bénéfice pour les patients belges, qui peuvent choisir en connaissance de cause l’endroit où se faire traiter. Pourquoi attendre, vu qu’en matière de cancer, ces données sont déjà disponibles au niveau du SPF ? »

 

Téléchargez ici le rapport du Registre Belge du Cancer

 
Personnes de contact

 

 

 

(1)    Six hôpitaux flamands (UZ Gent, AZ Sint-Blasius, AZ Groeninge, AZ Delta, Sint-Andries Tielt, AZ Sint-Lucas, Vlaams Agentschap Zorg en Gezondheid) participent au projet « Vlaams Indicatorenproject – Kwaliteitszorg in Algemene ziekenhuizen » de la « Vlaams agenstschap Zorg en Gezondheid »
(2)    Voir e.a. article dans « De Standaard » du 13/12/2013

 

Nos Experts

Découvrez les experts de l’Institut Roi Albert II.

Les types de tumeurs


Concertations multidisciplinaires

Contacter le coordinateur de soins ou consulter l'agenda

Pour en savoir plus >>

Agenda

Lundi 18 décembre 2017 de 18h à 19h
Réunions scientifiques du service de Radiothérapie Oncologie
Lundi 19 février 2018 de 18h à 19h
Réunions scientifiques du service de Radiothérapie Oncologie

Cliniques Universitaires St-Luc, Av Hippocrate, 10 - 1200 Bruxelles - Belgique | Tél: 02/764 11 11 | FAX: 02/764 37 03 | Plan d'accès

2017 Institut Roi Albert II, Cliniques Universitaires St-Luc  -  Crédit photos - © Clin.univ.St-Luc / H. Depasse