Nouveau patient au Centre du Cancer et d'hématologie ? Appelez le 02 764 12 00

La Biothèque




Ilse Gutierrez-Roelens,
Responsable de la Biothèque



La Biothèque, de quoi s'agit-il ?

 

Lors de la prise en charge d’un patient des prélèvements sont souvent effectués pour établir le diagnostic précis de la maladie et déterminer le traitement et le suivi dont il a besoin. Cette étape essentielle de la prise en charge du patient réalisée, il reste parfois du matériel biologique qui demeure inutilisé, ce matériel est appelé matériel corporel résiduel. Le matériel résiduel représente un outil essentiel et précieux pour la recherche scientifique, c’est pourquoi il est conservé dans la Biothèque des Cliniques universitaires Saint-Luc. La Biothèque a pour mission de mettre à disposition des chercheurs ce matériel corporel résiduel, avec les données cliniques qui y sont associées.

Dans le cadre plus précis de la prise en charge d’un patient atteint d’un cancer ou suspecté de l’être, les prélèvements résiduels sont conservés dans la partie de la Biothèque gérée par l’Institut Roi Albert II des Cliniques universitaires Saint-Luc.  Ces prélèvements font l’objet d’un enregistrement dans un registre national, la tumorothèque virtuelle belge (http://www.registreducancer.org).

 

Télécharger le fascisule Information au patient de la Biothèque

 

A qui cela profite-t-il ?

 

Les travaux de recherche effectués sur ce matériel profitent avant tout aux patients. Ils peuvent mener à l’amélioration des traitements existants ou à la découverte de nouveaux médicaments, et permettent aussi de tester de nouveaux outils diagnostiques. Si des bénéfices financiers sont dégagés grâce à la valorisation des résultats obtenus, ils sont intégralement réinvestis dans le fonctionnement de la Biothèque de l’Institut Roi Albert II et dans les nouveaux projets de recherche de l’Université catholique de Louvain.

 

A-t-on la liberté absolue de son choix ?

 

 Chacun est entièrement libre d’autoriser ou de refuser le don du reste de ses prélèvements cliniques. Comme fixé par la loi du 19 décembre 2008, les prélèvements sont conservés et utilisés selon le principe du consentement présumé, c’est-à-dire que le patient donne son accord à la conservation et l’utilisation de son matériel corporel résiduel pour autant qu’il ne s’y soit pas opposé de façon explicite.

Le refus à la conservation et à l'utilisation du matériel résiduel doit être exprimé explicitement par écrit au gestionnaire de la biothèque (02/764 68 59 - biobanque-saintluc@uclouvain.be).

De même, le patient est libre à tout moment de revenir sur sa décision de consentement sans qu’il soit nécessaire de se justifier et sans que cela n’entraîne le moindre désavantage pour son traitement médical ultérieur. Dans ce cas, les échantillons qui le concernent et qui étaient conservés dans la Biothèque seront retirés et détruits.

 

Tout cela est-il bien éthique et légal?

 

 L’utilisation et le partage du matériel ainsi que la vérification et l’analyse rétrospective des données cliniques répondent à des règles strictes. Comme pour les dons de sang, de moelle ou d’organes, le fonctionnement de la Biothèque et les projets de recherche sont sous la supervision d’une Commission d’Ethique. Celle-ci se charge de faire respecter les textes légaux belges et européens en vigueur, notamment ceux concernant la protection de la vie privée et le droit des patients.

 

L’anonymat est-il garanti? Qu’en est-il des analyses génétiques ?

 

 Le matériel stocké est toujours codé de manière à ne pas transmettre d’information à caractère personnel. Les chercheurs de laboratoires publics ou privés signent tous un contrat d’utilisation strict qui assure la conservation de cet anonymat en interdisant toute tentative pour retrouver l’identité du patient, y compris par des analyses génétiques.

 

 

 

Encore des questions ou des incertitudes ?

 

N'hésitez pas à vous adresser aux personnes responsables de la biothèque: biobanque-saintluc@uclouvain.be

 

Pour les chercheurs et les professionels

 

 

Nos Experts

Découvrez les experts de l’Institut Roi Albert II.

Agenda

Lundi17 décembre 2018 de12h30 à 13h30
Séminaire IREC : Immunothérapie du cancer
Jeudi 10 janvier 2019 à 18h30
Symposium médico-chirurgical : Abords mini-invasifs en pathologie œsophagienne

Cliniques Universitaires St-Luc, Av Hippocrate, 10 - 1200 Bruxelles - Belgique | Tél: 02/764 11 11 | FAX: 02/764 37 03 | Plan d'accès

2018 Institut Roi Albert II, Cliniques Universitaires St-Luc  -  Crédit photos - © Clin.univ.St-Luc / H. Depasse