Nouveau patient au Centre du Cancer et d'hématologie ? Appelez le 02 764 12 00

Prix du Belgian Group of Digestive Oncology


Cancer colorectal: mieux comprendre le processus de métastatisation

 


Prof. M. Van Den Eynde

Le Prix du BGDO a été attribué au Pr Marc Van Den Eynde (UCL St-Luc) pour son travail intitulé "Metastatic colorectal cancer has heterogeneous immune microenvironment and mutational expression". Mieux comprendre les interactions du cancer colorectal métastatique avec l'hôte et étudier les mutations dans la tumeur primaire et les métastases peut amener à un traitement personnalisé…

 

 

 

Les prémices du travail sont cette démonstration que l'infiltrat immunitaire est un facteur pronostique du devenir des patients avec un cancer colorectal (CCR) non métastatique, que ce soit l'infiltration T, la densité des lymphocytes ou la localisation dans le centre de la tumeur ou la marge d'invasion. En caractérisant cet infiltrat, on arrive à définir un immunoscore en lien étroit avec le pronostic du patient, indépendamment du stade TNM. Un très faible infiltrat lymphocytaire en stade 2 par exemple est synonyme d'un taux de rechute élevé comparé à un infiltrat lymphocytaire élevé. Le travail récompensé étend cette notion d'un infiltrat lymphocytaire caractérisé en local dans un cancer non métastatique, à des tumeurs métastatiques chez des patients qui ont pu bénéficier d'une résection à visée curative de leur CCR et de leur tumeur primaire. C'est un modèle attrayant car souvent dans les CCR métastatiques, l'accès à la pièce de résection n'est pas possible puisque les patients bénéficient uniquement d'une biopsie et ne sont pas opérés.


Tumeur primaire et métastases

 

Le travail1 a pour objectif d'analyser chez 114 patients (69 tumeurs primaires, 338 métastases analysées, 2,89 métastases / patient, 21% de patients non traités, 18% sous chimiothérapie, 25% sous CT + anti-VEGF, 36% sous CT + anti-EGFR), le microenvironnement immun dans la tumeur primaire et toutes les métastases réséquées considérant que toutes ces cellules n'ont pas nécessairement les mêmes caractéristiques et qu'il existe peut-être une hétérogénéité immune et mutationnelle. Les méthodes comprennent des analyses immunohistochimiques (CD3, CD8, CD45RO pour l'infiltration T, CD20 pour l'infiltration B, FoxP3 pour l'infiltration Treg). Le nombre de cellules a également été mesuré sur l'ensemble de la lame c'est-à-dire sur l'ensemble de la métastase pour identifier à la fois une région au centre de la tumeur et la marge d'invasion afin de définir un immunoscore similaire à celui développé pour les tumeurs localisées. La recherche des mutations somatiques driver du CCR a été également pratiquée.

 

Une hétérogénéité intra et inter métastases

 

Les résultats montrent que l'infiltrat défini par l'immunoscore, est majoritairement hétérogène chez tous les patients à la fois dans la tumeur primaire et dans les métastases synchrones et métachrones. On observe que l'infiltration lymphocytaire est plus élevée dans le centre de la tumeur et la marge d'invasion. La densité en lymphocytes T (CD3, CD8 et CD45RO) est significativement plus élevée dans les métastases, comparé aux tumeurs primaires. Inversement on observe plus de lymphocytes B et Treg dans la tumeur primaire que dans les métastases objectivé par les taux de CD20 et FOXP3 et de façon plus marquée dans le centre de la tumeur par rapport à la marge d'invasion. Cette hétérogénéité est inter et intra métastatique chez un même patient pour les différents marqueurs. Elle augmente avec la taille de la tumeur et le nombre de métastases. Le profil mutationnel des
métastases analysé par séquençage peut être homogène ou hétérogène, des métastases sont tantôt sans mutations tantôt comportent plus de 50% de cellules mutées. Toutes ces données sont susceptibles de remettre un peu en question la recherche des mutations sur une seule biopsie comme pratiqué actuellement dans une maladie métastatique non opérable. C'est d'autant plus important que de cette recherche et cette signature génétique va dépendre le traitement ciblé.

 

Dr Claude Biéva

 

Réf.
1.Van Den Eynde M, et al. BWGE 2016;#O03.

Copyright © 2016 MédiQuality

 

Les types de tumeurs


Agenda

Cliniques Universitaires St-Luc, Av Hippocrate, 10 - 1200 Bruxelles - Belgique | Tél: 02/764 11 11 | FAX: 02/764 37 03 | Plan d'accès

2019 Institut Roi Albert II, Cliniques Universitaires St-Luc  -  Crédit photos - © Clin.univ.St-Luc / H. Depasse