Nouveau patient au Centre du Cancer et d'hématologie ? Appelez le 02 764 12 00

Le traitement endoscopique des cancers superficiels de l’œsophage : St-Luc pionnier et centre expert.







 

Les cancers de l’œsophage peuvent être diagnostiqués à un stade précoce chez les personnes à risque de développer ce type de tumeurs. Les risques sont liés au reflux gastro-œsophagien chronique et sévère qui peut provoquer l’apparition d’un œsophage de Barrett. Il résulte de la transformation de la muqueuse œsophagienne normale en un revêtement muqueux gastrique puis intestinal parfois avec une évolution vers la dysplasie puis le cancer de type adénocarcinome (risque annuel de 0.3%). Il est donc proposé aux patients souffrant de reflux et présentant un œsophage de Barrett une surveillance endoscopique pour détecter les lésions précancéreuses et cancéreuses. L’autre type de cancer œsophagien (épidermoïde) est celui lié au tabagisme et à l’alcool et qu’on retrouve souvent associé aux cancers ORL et bronchiques.


Le diagnostic en est facilité par l’évolution extraordinaire de l’imagerie endoscopique, permettant un examen quasi microscopique (voir histologique avec la microscopie confocale) de la muqueuse digestive. Les endoscopes de dernière génération permettent en effet non seulement de magnifier l’image endoscopique mais d’utiliser des colorations virtuelles (Narrow Band Imaging, par exemple) qui distinguent plus clairement le tissu anormal et cancéreux (Figure 1).

 

 

 

Figure 1 : En haut à gauche un long Barrett en image endoscopique traditionnelle, puis dans les autres images la coloration virtuelle NBI montrant les zones dysplasique et cancéreuses plus brunes et irrégulières

 


Au sein des Cliniques universitaires Saint-Luc nous avons développé depuis plus de 12 ans des techniques de résection endoscopique qui nous ont permis d’offrir aux patients présentant ce type de cancers superficiels un traitement peu invasif et curatif dans plus de 95% des cas. Nous avons en effet traité à ce jour plus de 300 patients avec un cancer superficiel de l’œsophage, nous positionnant parmi les centres experts au niveau européen et mondial, en particulier dans la technique de résection endoscopique par dissection sous-muqueuse. Nous avons aussi appliqué cette technique avec succès aux tumeurs superficielles gastriques, duodénales et colorectales.


La dissection endoscopique sous-muqueuse (ESD) est une technique inventée au Japon où les cancers superficiels sont très fréquents. Elle consiste, après avoir bien caractérisé la tumeur, de pratiquer une incision sur tout son pourtour, de la surélever par rapport au muscle sous-jacent et de la réséquer précautionneusement. Elle offre l’avantage d’enlever des tumeurs « en bloc » et donc de pouvoir les analyser au laboratoire d’anatomie pathologique pour vérifier que leur excision était bien complète et curative (figure 2). Dans ce cas un simple suivi endoscopique est proposé aux patients, sans nécessité de traitement complémentaire par voie chirurgicale ou par chimiothérapie. Par contre en cas de doute quant à la résection curative, une chirurgie classique ou une chimiothérapie est proposée selon des critères stricts discutés en réunion oncologique multidisciplinaire.

 

Figure 2 : Œsophage de Barrett avec lésions tumorales imagées par échoendoscopie (haut gauche),  et endoscopie haut centre, puis réséqué par dissection de façon circonférentielle avec cicatrisation parfaite (bas droite)

 

 


Ces techniques de résection se sont vues récemment complétées de méthodes d’ablation de la muqueuse de Barrett par radiofréquence (RFA). Nous faisons partie des centres experts en Belgique pour l’application de cette technique, déjà utilisée également chez plus de 100 patients dans notre institution. Ces indications sont soit le Barrett dysplasique mais sans tumeur visible, soit le complément de traitement du Barrett après que la tumeur principale ait été excisée. Il s’agit d’une méthode de traitement très efficace (plus de 95% d’éradication du Barrett dysplasique) et dont nous avons obtenu le remboursement par l’INAMI depuis 2017.


L’ensemble de ces techniques endoscopiques nous permet d’offrir à plus de 60 patients par an un traitement sûr et curatif, avec peu d’effets secondaires et de complications, lors de très courtes hospitalisations voire même en hôpital de jour.

 

Nos Experts

Découvrez les experts de l’Institut Roi Albert II.

Les types de tumeurs


Agenda

Cliniques Universitaires St-Luc, Av Hippocrate, 10 - 1200 Bruxelles - Belgique | Tél: 02/764 11 11 | FAX: 02/764 37 03 | Plan d'accès

2019 Institut Roi Albert II, Cliniques Universitaires St-Luc  -  Crédit photos - © Clin.univ.St-Luc / H. Depasse